ET SI LA MÉNAGÈRE DES ANNÉES 50 NOUS DONNAIT FORCES ET LIBERTÉS ?

Je suis ravie de faire mon mini come back par ici. j’ai été plutôt absente au quotidien sur les réseaux dernièrement. Une petite coupure nécessaire pour pouvoir continuer de te parler de façon entière dans les posts, autant que pour apprécier le meilleur du network et, du coup, faire une détox du pire. Il faut savoir s’éclipser, prendre un peu de distance, digérer…

Certains diront que c’est un tort, qu’il faut être présent(e) tout le temps, pour ne pas être oublié(e). Je suis forcée de constater que, effectivement, mon nombre d’abonnés vérifie cette règle. Mais, je ne veux pas en faire un baromètre plus important que ta fidélité à toi qui es là et qui lis les articles empowering d’Unfinités.

J’ai pris le temps pour ce billet. Je le voulais juste. A quelques jours de la journée de la femme le timing me semble maintenant parfait ! De quoi méditer d’avance sur le sens que nous donnerons à ce 8 mars car, pendant mon temps de veille, j’ai analysé le potentiel du genre féminin.







CHALLENGEUSES DANS L’AME


Nous sommes habitués à rendre hommage à ces Grandes Femmes qui, dans leur parcours de vie, ont marqué l’actualité/l’histoire par leurs idées, leurs actions. Ce sont nos ancêtres et elles ont indéniablement influencé/amélioré nos conditions de vie.

Ces grandes femmes ne m’en voudront pas… Aujourd’hui je veux vous rendre hommage à vous. Parce qu’au quotidien nous relevons toujours de nos jours le même challenge qu’elles à l’époque : vivre dans le « menworld » ; Un grand défi qui mérite une célébration TOUS LES JOURS.

« La charge mentale » est un sujet qui revient souvent dans l’actualité et qui semble être l’apanage des Femmes. Pour commencer je veux donc saluer nos compétences organisationnelles dignes des plus grands et bons chefs d’entreprise !

Nous connaissons toutes le schéma. A peine levée le matin, on est déjà sur le pied de guerre. On prépare le petit déjeuner en pensant à ce qu’il y aura au menu le soir. En même temps on étudie la manière dont on va régler ce dossier qui a pris du retard au boulot, on aimerait bien pouvoir le boucler. Aller, on peut le faire ! Et même, entre deux mails, on trouvera le temps de passer un coup de fil  à l’assurance, à l’électricien, à la nounou pour savoir si les enfants vont bien. Oui, on peut le faire ! Et pas question de faire des heures sup parce qu’en sortant il faut aller faire deux courses avant de récupérer les enfants et de recommencer une journée de travail à la maison : machines à faire tourner, linge à étendre, repas à préparer, devoirs et douches à faire, une attention pour tout le monde… Une bonne journée qui s’annonce mais pour le moment j’avale mon petit déjeuner ! Il ne s’agit pas d’être en retard avec tout ça ! Plus vite ça sera fait, mieux ça sera !

De vraies dirigeantes de vie, dévouées au bien être de notre entourage avant tout, capables de nous oublier complètement ! Cela mérite bien un peu de reconnaissance ?















LES FEMMES, CES BONNES VIEILLES MÉNAGÈRES ?

Pour autant nous devons rester attentives à ne pas nous laisser aspirer toutes entières dans le seul rôle de housewife, au risque de faner.

Il est relativement facile de s’épuiser à porter attention à tout le monde sauf à soi. C’est même contre productif… Comment restituer la bonne énergie si on ne s’autorise pas à recharger ses propres batteries ? Et, en matière de recharge, ne vous fixez pas de limite. Tout ce qui vous semble nourrissant pour votre âme est bon à prendre, du moment que vous vous épanouissez indépendamment de votre vie de ménagère.

C’est important de le dire car en faisant une introspection et en parlant avec des hommes, des femmes comme avec de jeunes jeunes filles, ce qui ressort c’est que notre éducation et la vision du monde sur la place des femmes restent encore restrictives. Nous sommes, encore et avant tout, conditionnées à être de parfaites maîtresses de maison.

Dès le plus jeune âge, les filles jouent à la poupée et à la dînette. En grandissant on nous inculque tout ce qu’il faut savoir sur l’entretien de la maison et une certaine attitude limitée, soumise. Par peur de ce qui peut nous arriver, on nous « enferme » dans un écrin. L’aventure, la liberté, la mobilité… Trop de risques ou pas adaptées au genre ! Puis, souvent sans transition, pression sociale oblige, on passe sous la « protection » d’un mari. Pour peu que celui-ci pense tenir un rang supérieur, on n’a guère plus de liberté. Quoi qu’il en soit, l’opportunité de se construire par soi même reste maigre. Et, tôt ou tard, ce besoin refait surface.

Nous ne sommes pas là pour juger et dire ce qui est bien ou pas. Mais, la question qui me turlupine est la suivante : Est ce que nous ne sommes pas les premières à nous catégoriser et à nous limiter ? Peut-être que c’est le conditionnement à ces idées reçues qui fait que nous endossons cette charge mentale comme nous revenant de droit ?






FORT COMME DU CAFÉ, ESSENTIEL COMME DE L’EAU

Attention ! Ceci n’est pas une pub pour de l’alcool. Le mélange à l’origine de cette photo est composé de café et d’eau… Évocateur pour la suite j’ai trouvé…

Trinquons ! À nous qui défions les règles du foyer pour seule occupation et qui arrivons à accrocher plusieurs cordes à l’arc ! je suis de celles qui croient que nous pouvons, nous aussi, mener des études, une carrière et/ou une passion en parallèle du rôle de ménagère ou de mère. Pour cela il nous faut du temps. Comment en trouver ?

Quand bien même la charge mentale nous pèse, on a bien du mal à s’en défaire. En partie parce que ces messieurs usent et abusent de ruses pour se dédouaner. Et c’est vrai que la pression des mentalités et les pratiques fondamentales, plus ou moins machistes, sont en leur faveur. Il nous faut savoir rester gentille avec nous aussi. Messieurs, nous avons, nous aussi, besoin de temps… Alors soyons AUTONOMES ENSEMBLE !

Il s’agit bel et bien de rééquilibrer les efforts et l’autonomie à la maison, au travail, partout ; Chacun sa part. Il ne s’agit pas de faire la révolution, ni de déclarer la guerre. Il s’agit simplement de te repositionner dans ta tête. La désintox dont le mental social a besoin est déjà une affaire personnelle, une affaire qui vient de l’intérieur Mesdames !

Lâchons du leste sur ces crises d’organisationites chroniques. Vous verrez tout ce temps, toute cette énergie qui se profile pour autre chose. Cela n’est ni facile, ni rapide; c’est une attention de tous les jours. Il faudra vous forger un caractère fort comme du café, c’est essentiel comme de l’eau.










MAYRA FLA : PA MI, LIMITE É CÉU




Dernièrement j’ai eu la chance de pouvoir assister à un concert de Mayra ANDRADE, venue jusqu’à nous, en toute simplicité et bonnes vibes, pour nous faire découvrir son bébé « manga » et, comment dire… J’étais fan, je le suis encore plus maintenant !

Pourquoi je vous parle musique tout à coup ? Lors de ce concert elle a confié ressentir une certaine aura féminine dans l’ambiance générale… Peut-être parce qu’à travers elle c’est le symbole de la force et de la réussite au féminin que son public voit… j’ai 36 ans bientôt et je suis admirative de son regard observateur et analytique, justement posé. Elle se joue des codes, des tendances et des diktats en tout genre… Elle a son petit caractère révolutionnaire quoi !

C’est tout naturellement que je choisis de faire un clin d’oeil à « Limitason » que j’écoute en boucle. Comme un hymne aux capacités de la femme (entre autres), c’est une piqûre de rappel dont nous avons besoin de temps en temps face à tous les assauts qu’on peut essuyer.

« limitason » parle de respect, de valorisation, de capacité illimitée, de volonté, de force de caractère, d’ouverture d’esprit, de résistance paisible, de lutte juste sans effusion de sang, de liberté d’expression… Tout est dit non ?

Un méga « manga » mantra à écouter d’urgence pour ne pas se laisser emprisonner dans la cage, si tu n’en as pas envie !






SI TU DOUTES, REGARDE EN ARRIÈRE !

Il arrive et arrivera encore que tu te sentes perdue. Dans ces cas là, n’oublie pas une chose. C’est en regardant d’où on vient et en comprenant l’histoire de notre construction que l’on sait où on veut aller. La trajectoire de vie est et restera toujours la tienne. Penses-y ! Personne ne peut te déposséder de ça, peu importe la situation dans laquelle tu es.

Les regards désapprobateurs ne manqueront pas, les envies de rechute non plus. Une chose est sûre c’est que, si jamais personne n’avait osé relever les défis, nous en serions encore à l’heure du droit de se taire, du droit d’être dépossédée de son corps, de sa parole, de son âme, du droit de bafouer notre dignité. Alors ne te charge pas en apitoiement et surtout garde toi bien de cautionner, de contribuer et donc de légitimer les idées et blagues sexistes. Cela reviendrait à te tirer une balle dans le pied. Difficile d’avancer après ça…

Et puis, l’oeuvre de nos ancêtres pour que, aujourd’hui, nous en soyons à ce stade de liberté d’expression et d’être est inestimable. Il ne s’agit pas de régresser dans ces acquis. Il s’agit de persévérer, jour après jour, et de s’assurer de transmettre cette force de génération en génération. Cela implique de la patience, de la volonté et de la motivation. Du courage et de la hauteur aussi. Mais surtout de la clairvoyance dans les moments de doutes, on est pas là pour se lamenter, on est dans l’empowerment ! Le temps fera le reste…







Je tiens à remercier les partenaires qui ont contribué à la réalisation des images que vous avez pu découvrir.

  • Evidemment, Monsieur Lionel BOUFFIER, toujours un plaisir de travailler avec toi ! Merci !!!
  • Hotel Le Genève, merci pour votre accueil chaleureux et investi et pour ce décors à l’ambiance vintage.
  • Les opticiens créateurs et aussi la Diacosmie , merci pour les accessoires divers et surtout ces tenues d’exception ! Je vous prépare un article spécial concernant la prochaine vente aux enchères qu’organise la Diacosmie…

Stay tuned, rise & spread !

One thought on “ET SI LA MÉNAGÈRE DES ANNÉES 50 NOUS DONNAIT FORCES ET LIBERTÉS ?

Commentez

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.