BURN OUT, UNE NOUVELLE PERSPECTIVE DE VIE

Bonjour mes loulous. Après une si longue absence, je suis particulièrement heureuse de vous retrouver ici, sur le blog version 3.0. Une évolution nécessaire née d’un constat : aujourd’hui rien n’est palpable. Tout va vite, tout est dématérialisé, échangeable, «personnalisable». On y trouve tous notre intérêt attention, mais il semble que ce paramétrage des comportements dans les algorithmes, la robotisation, la consommation, le business fasse perdre de vue la dimension Humaine. Qu’en pensez vous ?

En parlant de dimension Humaine pour ce premier article je voulais aborder avec vous la place de l’individu dans le monde du travail. Dans nos sociétés actives l’identité d’une personne est en partie définie par son emploi.  Ce n’est pas pour rien que dans une conversation l’une des premières questions qui arrivent sur la table c’est : « qu’est-ce que vous faites dans la vie ? » Travailler est au centre de notre existence une nécessité pour s’assumer, subvenir à des besoins, se faire plaisir et s’intégrer. On y passe 7 à 8 heures par jour, voire plus, on en attend donc une certaine satisfaction et pour cela un investissement est nécessaire. Parfois tellement qu’on finit littéralement par s’y perdre.

Ce qui nous amène à la fameuse et médiatisée question du burn out. Fameux et médiatisé le sujet mais il reste encore sensible et enclavé dans des taboos. Loin d’être un mythe qui n’arriverait qu’aux autres ou qu’aux faibles, comme je l’entends souvent, loin d’être insignifiant en terme d’incidence et de retentissement, il m’a paru essentiel de nous donner de quoi nous prémunir

Shooting ©JulienSANINE au Wilson Plaza Nice

Shooting ©JulienSANINE au Wilson Plaza Nice

 


DEMYSTIFICATION DU BURN OUT

Le burn out est donc cet état d’épuisement émotionnel qui concerne une personne sur trois. Pas de stigmatisation socio-professionnelle, tout le monde peut être touché. Le seul rapprochement qu’on puisse éventuellement faire c’est qu’en général on y retrouve des personnalités impliquées, engagées, perfectionnistes. etc… L’engagement, corps et âme, dans des tâches diverses pour répondre aux sollicitations finit par nous entraîner dans un tourbillon vicieux de surengagement psychique se manifestant par des signaux comme :

  • Stress, angoisse,
  • troubles de mémorisation et de la concentration,
  • culpabilité, dépréciation,
  • émotivité accrue,
  • indécision, procrastination,
  • sentiment d’échec, perte de confiance en ses capacités,
  • résignation,
  • appréhension de se rendre sur son lieu de travail ,
  • désengagement des relations sociales (amis, famille…), envie d’isolement,
  • sensation de vide psychique…

A ce stade, il est difficile de prendre du recul mais il le faut. Autrement, au vide psychique s’ajoute le vide physique.

  • Fatigue chronique et persitante,
  • douleurs musculaires, douleurs du dos, migraines,
  • rhume, grippe, otite, sinusite… plus fréquents,
  • problèmes digestifs, nœud à l’estomac, crampes…,
  • problèmes de peau,
  • perte ou prise de poids inhabituelle,
  • sommeil perturbé, non réparateur…

Le risque à terme c’est un désinvestissement dans tous les aspects de la vie.

Shooting ©JulienSANINE au Wilson Plaza Nice

 


UN SEUL MOT D’ORDRE : AN-TI-CI-PA-TION !

On ne le dira jamais trop, nous ne sommes pas assez à l’écoute de ce qu’il se passe en nous. Nous naviguons bien trop souvent à vue, en oubliant que ce qui nous guide se sont nos émotions, nos sensations. Du coup, ils agissent en nous comme dans une cocotte minute, laissant échapper de temps à autre la tension mais ce n’est pas suffisant. C’est pourquoi, pour moi, le meilleur de tous les conseils c’est de vous sonder le plus souvent possible, même quand vous avez l’impression de tenir la route

  • Prenez du recul sur l’action. observez, méditez la simplement.
  • Notez tout de vous. Du picotement aux douleurs intenses en passant par l’angoisse, vos ressentis parlent pour vous. Regardez, analysez et surtout entendez ces manifestations. Comprenez les.
  • Soyez indulgent avec vous. Respectez vos limites. Il faut savoir les reconnaître, les exprimer et faire la paix avec vous même. A l’impossible, nul n’est tenu.
  • Agissez en votre âme et conscience. Ne vous interdisez pas de dire « non » ou « stop » sereinement et sans crainte.
  • Apprenez à : aborder une chose à la fois, en laisser pour demain, prendre une pause s’il en faut une, faire du déjeuner un moment détente, bien manger et manger équilibré à tous les repas, couper le lien une fois sorti(e) du travail.
  • Sachez profiter des temps off pour vous faire du bien : méditer, marcher, faire du sport, sortir, écouter de la musique, danser… Tout ce qui vous branche ! Dites vous bien que toutes les occasions sont bonnes si vous y mettez la perspective qui vous va bien.
  • Exprimez vous, ne retenez rien à l’intérieur. N’oubliez pas que mieux vaut prévenir que guérir. Il ne faut ni minimiser ce qui arrive à vous toucher, ni culpabiliser, ni vous faire violence… Respectez vous ! C’est ce qu’on appelle l’intelligence émotionnelle et il faut reconnaître que dans ce domaine là aussi on est tous constamment en apprentissage.

Shooting ©JulienSANINE au Wilson Plaza Nice

burn out

 


ET SI LE MAL EST DEJA LA

En situation de burn out en général on ne se reconnait plus. Les envies, les passions, l’implication, l’entrain semblent avoir pris la fuite. Ce qu’il faut voir c’est que votre corps et votre esprit vous imposent un répit indispensable pour se recharger, se reconstruire, se trouver de nouveaux repères. Cela va passer par un cheminement qu’il faut vous autoriser, le temps qu’il faudra.

Si vous êtes touché(e) par le burn out c’est que vous avez une sensibilité. C’est à dire la qualité d’être attentif(ve) à ce qui se passe autour de vous. Tout l’intérêt est maintenant de savoir utiliser cette capacité pour vous et pas seulement pour les autres ou pour le travail. Car oui, vous avez de la ressource ! Simplement vous avez oublié d’en garder pour vous. Capitalisez le plus grand bénéfice pour vous et pour pouvoir en restituer encore plus autour de vous.

Dites vous donc bien que ce que vous vivez est sain. Le temps de l’introspection s’impose à vous pour une raison valable. J’aime l’idée de comparer le burn out à une alarme programmer pour vous signaler que vous déviez trop de ce qui vous importe vraiment, de ce qui vous va et vous fait du bien. C’est le moment de faire le point sur ce changement, qu’est ce qui l’a amené ? Où et quand avez vous commencé à masquer votre propre dynamique, votre propre voie  ? Faites la paix avec ce moment précis.

Aprés ça et seulement aprés ça, vous pourrez voir ce qui vous correspond et non plus seulement ce que vous voulez. Prenez du recul car la limite entre « ce que je veux » et « ce qu’il me faut » pour être bien est difficile à établir et peut porter à confusion. Pour éclaircir la chose, je dirais, mais ça n’engage que moi, que le besoin ne se force pas, il s’impose contrairement à la volonté. « Cibler déjà mes besoins avant de penser à ce que je voudrais », s’il y avait une phrase à retenir ça serait celle là ! Alors, de quoi avez vous besoin pour repartir du bon pied ? Un exercice de chaque instant.

Shooting ©JulienSANINE au Wilson Plaza Nice

 

 


LES RECOURS

Parce qu’il est important de reconnaître que pour sortir du burn out on a besoin d’un professionnel qui aide à poser ce regard extérieur sur les nœuds qui se sont créés. Tout(e) seul(e) la capacité à prendre du recul est amoindri car on est trop engagé dans de mauvaises habitudes, formatées, impersonnelles et donc pas constructives. Alors n’hésitez pas : généraliste, médecin du travail, psychothérapeute, psychiatre, psychologue ou association (il y en a de plus en plus)… Vous avez le choix.

Il faut également noter que de plus en pus d’entreprises mettent en place des dispositifs préventifs pour leurs salariés, renseignez vous ! Et n’oubliez pas, mieux vaut prévenir que guérir.


Je me permets de faire une référence sur un livre, une bible, que je recommande à tout le monde, burn out ou pas burn out :

QUE SE PASSE-T-IL EN MOI ? par Isabelle FILLIOZAT pour mieux vivre ses émotions au quotidien.

 


burn out©Julien SANINE – fév 2017 – au Wilson Plaza qui n’est plus du tout en chantier et fait  bien rêver

 

Stay tuned, rise & spread !

7 thoughts on “BURN OUT, UNE NOUVELLE PERSPECTIVE DE VIE

Commentez

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.